vendredi 17 mars 2017

Jeff Madison, tome 2 - Chronique

"Rien n'avait encore essayé de le manger... ou pire de l'embrasser."

Jeff Madison, tome 2 : Jeff Madison et la malédiction de Drakwood
Bernice Fisher
Auto-édition
Ebook et broché - 307 pages

Jeff Madison – attrapeur de rêves, ami fidèle et adolescent intrépide – doit sauver son meilleur ami Rhed d’un sort dévastateur qui lui a été lancé lors de leur dernière visite à Drakmere. Mais depuis ce sombre royaume, deux sorcières maléfiques libèrent sur eux leurs horreurs innommables. Jeff peut-il vaincre les affreuses criatures de Wiedzma et les spectrifiés mangeurs d’hommes de Zorka ? Alors que les criatures de Wiedzma menacent la famille de Jeff et que les zombies de Zorka réclament leur sang, la malédiction de Rhed met sa vie en danger… le temps lui est compté. En mettant à profit ses dons d’attrapeur de rêves pour sauver ses amis qui ont entrepris le voyage vers la forêt de Drakwood à la recherche d’un remède pour Rhed, Jeff s’enfonce sans le savoir dans les ténèbres profondes. Dans cette nouvelle aventure fantastique pleine d’action, nous retrouvons les courageux guerriers sandustiens, Rig et Madgwick, accompagnés de la sorcière Angie, hilarante et bougonne, et nous faisons la connaissance des nouveaux guerriers Khrow et Horrigan, ainsi que de Watroc, un dragon affamé. En fin de compte, c’est à Angie que reviendra la tâche de négocier pour la vie de Rhed. Réussira-t-elle ou Rhed sera-t-il abandonné à jamais auprès du prince de la forêt de Drakwood ?


C'est avec plaisir que j'ai reçu le tome 2 des aventures Jeff et de ses camarades. Et, comme pour le premier tome, j'ai adoré ma lecture ! Encore merci à Laure Valentin, la traductrice, pour l'envoi !
 
Vous souvenez-vous de Rhed ? Mais si, ce garçon aux dreadlocks, ami de Jeff... Ça y est, vous vous souvenez ? Et bah voilà, tout ce qui va se passer dans ce tome est à cause de lui : adopté par un arbre, il commence à le devenir lui-même ! Du coup, ni une ni deux, Jeff  s'envoie à Drakmere grâce à ses pouvoirs. Et ses amis ne peuvent s'empêcher de faire de même, allant vers des ennuis fort probables. Et si cela leur permettrait de retrouver la petite troupe de guerriers accompagnés d'une sorcière qu'ils affectionnent tous autant... Rien que l'idée me plaît !

J'ai donc retrouvé avec joie tous ces personnages qui m'ont une fois de plus beaucoup plu ! On en découvre même d'autres, faisant peur ou faisant rire, sans pour autant s'y perdre. Ainsi, on a un mélange d'ancien et de nouveau, ça ne peut qu'aller ! En plus, chacun d'entre eux, méchants ou gentils, sont hauts en couleurs et, je trouve, plutôt bien travaillés dans l'ensemble.

Mais je n'ai pas pu m'empêcher de porter mon dévolu sur Angie, la petite sorcière sympathique et puissante. Je crois bien que c'est l'un des meilleurs personnages. C'est une personnalité unique et excentrique que je vous invite à découvrir. Elle est haute en couleurs, vive, joyeuse et rigolote ! C'est une jeune femme que l'on ne peut qu'apprécier. Bref, c'est une jolie personnalité lumineuse dans un monde de ténèbres et d'ombres...

"Les brutes, ce sont les gens qui font du mal aux autres pour le plaisir, comme Grzegorz et Wiedzma. Mais ils finissent toujours par recevoir ce qu'ils méritent au bout du compte."

L'action démarre très rapidement. Et ça s'enchaîne, ça s'enchaîne, ça s'enchaîne. Il n'y a quasiment aucun moment de répit.  Surtout au début, on sent qu'un truc pas cool du tout va arriver. Et quand ce truc pas cool arrive, on espère juste ne pas le revoir de sitôt ! On vit donc l'action auprès des personnages, parfois totalement surpris de la tournure des événements.

D'ailleurs, tout comme les événements, l'univers reste empreint de cette originalité qui m'avait tellement plu dans le tome 1. Sincèrement, j'ai eu l'impression de sauter dans un univers fantastique à la manière d'Alice au pays des merveilles ! Mais bon, il y a des choses beaucoup plus sombres, plus dangereuses dans cette univers magique surprenant. Comme il reste la multitude de points de vue et la multitude des actions, on en découvre encore plus, plus rapidement.

Je pense enfin que la traduction est très bien faite car cela nous semble très fluide à lire et très agréable. J'ai retrouvé la petite touche addictive de la plume de l'auteure, si bien qu'on a du mal à arrêter, surtout quand l'action est laissée en suspens à un moment critique. D'ailleurs, j'ai gardé quelques descriptions de personnages de côté que je trouvais très bien faites et inspirantes.

En conclusion, on peut dire que ce tome 2 m'a autant convaincue que le tome 1 : univers, personnages, action, tout y est ! C'est donc bien évidemment une excellente lecture !

mardi 14 mars 2017

Phobos, tome 3 - Chronique

"Vous savez, jeune femme, une émission de télé-réalité, ce n'est pas la réalité."

Phobos, tome 3
Victor Dixen
Collection R - Robert Laffont
Broché et ebook - 620 pages

Fin du programme Genesis dans
1 mois...
1 jour...
1 heure...
Ils sont prêts à mentir pour sauver leur peau
.
Ils sont les douze naufragés de Mars.
Ils sont aussi les complices d'un effroyable mensonge.
Les spectateurs se passionnent pour leur plan de sauvetage, sans se douter du danger sans précédent qui menace la Terre.
Elle est prête à mourir pour sauver le monde.
 Au risque de sa vie, Léonor est déterminée à faire éclater la vérité. Mais en est-il encore temps ? Même si le compte à rebours expire, il est trop tard pour renoncer.


Attention, décollage immédiat vers une chronique pleine de louanges !

Dans notre monde super connecté, j'ai essayé d'esquiver tous les avis, toutes les publications en rapport avec ce tome 3 dès sa sortie. En effet, je ne voulais rien savoir, rien espérer ou m'attendre à quelque chose avant de commencer cette lecture. Et quelle lecture fut-elle ! Je suis encore pleine d'excitation et d'enthousiasme lorsque j'en parle, ce qui la marque du coup de cœur astronomique que j'ai eu pour ce livre. Vous aviez aimé les précédents ?  Vous verrez, c'est encore mieux ici !

On embarque donc une nouvelle fois dans cette histoire de dingues, de conquête spatiale, d'amour, de manipulation, de politique, de téléréalité... La liste est longue mais c'est irrémédiablement l'un des points forts du livre : quelque soit l'aspect exploité, il est travaillé de manière extrêmement précise et surtout, en laissant de côté tout les stéréotypes ou ce qui se fait habituellement, créant ainsi la surprise chez le lecteur.

Et de la surprise, il y en a ! Vous vouliez encore des révélations ? Vous allez être servis ! Dans ce tome, des rebondissements ne cessent de ponctuer votre lecture. Le pire, c'est que la plupart sont des choses totalement abracadabrantes, improbables, incroyables et pourtant, vous êtes tout de suite convaincus, sans aucun soupçon, doute ou réticence. Ce Victor Dixen a donc bien de l'or dans les doigts et est expert dans la manipulation des mots (et du lecteur).

Car oui, jamais vous ne serez sur la bonne voie. Et ça, oh que oui, ça, ça va jouer avec vos émotions ! Ce livre, ce sont de véritables montagnes russes émotionnelles. J'ai tout ressenti, absolument tout. J'ai été énervée, triste, joyeuse, dépitée, amoureuse, stressée... Et encore plein d'autres émotions se sont emparées de moi. Je passais véritablement de l'un à l'autre, parfois en une fraction de seconde. Exemple : je passais du "Yeeeeeeessss, bien fait pour sa poire !" au "Ooooh mais c'est trooop mignonnnn !" ou au "Nonnnnnnnnnnnn.... *dead*". Bref, l'auteur joue avec vos nerfs et parfois,  vous vous échafaudez des plans qui sont encore plus sadiques que les siens. Ce livre rend dingue, clairement.

"De toutes les voiles dont disposent les humains pour naviguer au gré de l'existence, celles du cœur sont les plus difficiles à orienter, et peut-être est-ce impossible."
 
De plus, l'histoire se déroule dans un cadre extrêmement bien ficelé. Je ne vais parler ici que de l'aspect politique/diplomatique, mais sachez que le reste est tout aussi bien travaillé... Bref, cet aspect politique/diplomatique est, dans ce tome, accentué à X1000000000 par rapport aux autres tomes. Et ça en devient presque effrayant, vraiment. On ne vas pas rentrer dans la paranoïa mais ce qui n'est pas rassurant, c'est que l'on arrive à faire des ponts entre notre société et celle dépeinte dans le livre. C'est quelque chose de malade, ce qui accentue notre intérêt et nos sentiments envers la société fictive, nous permettant d'analyser celle que l'on connaît. Je vais sans doute loin en disant cela mais j'ai vraiment réfléchi sur notre monde à travers cette fiction... Et je m'autorise à vous en parler car deux amies étaient d'accord avec moi.

Et je pense que tout cela n'est possible que si la plume de Victor Dixen est experte. C'est le cas : il maîtrise les mots, le suspense, tout. En plus, c'est tellement bien écrit... Tout de suite, on replonge dans l'univers et l'histoire. Il y a une quantité folle de beaux passages, si bien que j'ai dû me retenir de mettre tout le temps des post-it, sans quoi, mon livre ressemblerait à présent à un hérisson bien enrobé !

"Le petit feu follet roux qui suit son propre chemin, même dans le spectacle le mieux rodé."
 
La seule chose dont je n'ai pas parlé, ce sont des personnages. Léonor, Serena, Marcus, Harmony, Andrew et tous les autres, eux tous m'ont aussi rendue folle. Il y a ceux que j'adore d'amour (heart heart heart sur vous ♥) et ceux que je déteste. Mais que j'adore détester... Aucun ne nous laisse vraiment indifférent, tous nous surprennent à un moment donné. Et tous autant qu'ils sont, ils sont tous très bien approfondis.

Maintenant (promis, je m'arrête après), la fin est assez particulière. Déjà, tout comme le roman, elle joue avec nos nerfs, c'est certain. Ensuite, elle finit d'une telle façon que cela pourrait en gêner certains. Moi, personnellement, non. Je n'ose pas trop détailler, j'ai peur que cela gâche votre lecture... En tout cas, je trouve que l'auteur a eu raison de prendre ce parti. Je reste tout de même curieuse de voir ce qu'il va se passer dans le prochain livre... 

Bref, ce livre est un coup de cœur intergalactique. Je pourrais encore en parler longtemps (et aller très loin dans des délires, mais ce sont sans doute des séquelles de ma lecture...). Je crois que ce tome surpasse les deux autres qui étaient déjà de très grande qualité. C'est donc la preuve que, cette série, est à découvrir et que je l'aime d'amour ♥

vendredi 10 mars 2017

Le Joueur d'échecs - Chronique

Le Joueur d'échecs
Stefan Zweig
Le Livre de Poche Jeunesse
90 pages
 
À bord d’un paquebot, deux inconnus s’affrontent lors d’une partie d’échecs. L’un d’eux n’est autre que Czentovic, homme d’origine modeste, mais champion du monde en titre. Le second est un énigmatique aristocrate... Le narrateur, intelligent et fin psychologue, découvre alors, au fil d’une partie toute en rebondissements, le passé de ces deux génies, et comprend qu’une partie d’échecs se joue autant sur l’échiquier, qu’en dehors.
 

C'est en lisant Lettre d'une inconnue que je suis tombée amoureuse de la plume de Stefan Zweig. En effet, c'est une nouvelle qui m'avait énormément touchée. En toute logique, j'ai donc voulu retenter l'aventure qui se conclut d'une excellente manière puisque j'ai également adoré Le Joueur d'échecs...

L'action se déroule au cour d'une traversée maritime : là, sur ce paquebot, deux hommes vont s'affronter aux échecs. Tandis que l'un en est champion du monde, l'autre est totalement inconnu du public mais, pour autant, ce dernier est un adversaire redoutable...

D'un côté, on a Czentovic, qui, excusez-moi, ne paraît pas très intéressant : il est certes extrêmement doué aux échecs vu qu'il en est le champion du monde mais ce n'est absolument pas un homme que j'aimerais côtoyer. L’appât du gain est l'une des seuls choses qui semble véritablement l'intéresser hormis la discipline où il excelle. Je n'ai donc éprouvé aucune forme d'attachement ou de compassion pour lui...
 
Au contraire, j'ai énormément aimé son adversaire : cet inconnu dont on apprend petit à petit l'histoire m'a passionnée. D'abord, l'histoire, ou plutôt l'enfer, qu'il a vécu nous oblige à éprouver de la compassion pour lui. Ensuite, sur l'aspect psychologique, il est très intéressant. Sa manière de fonctionner est captivante. Et puis, j'ai beaucoup aimé la modestie et la sympathie qu'il témoignait envers le narrateur.
 
Ce dernier m'a plutôt bien plu également : on ignore beaucoup de choses de lui, hormis sa curiosité. Du coup, dire que je me suis attachée à lui serait exagéré. Mais les fois où il intervient véritablement, je l'ai trouvé agréable et convaincant.

Étant donné qu'il s'agit d'une nouvelle portant sur une partie d'échecs, vous vous douterez bien qu'il n'y a pas des actions abracadabrantes, ni de l'action pure et dure. Non, ici, ce qui prévaut c'est surtout l'étude des deux esprits des joueurs : il n'y a pas à dire, ils sont diamétralement opposés. Mais comment se fait-il qu'ils soient tous deux aussi bons joueurs à un jeu qui nécessite une très grande réflexion dont peu peuvent témoigner ? Tout est expliqué, petit à petit, il suffit juste d'être un peu patient. Des choses anodines ont, en fait, toute leur importance... Au final, j'ai été captivée par l'histoire des deux individus. Ce sentiment captivant s'est du coup retrouvé lorsque les deux esprits s'opposaient, lorsque la partie d'échecs a débuté, partie dont on suit chaque mouvement.

D'ailleurs, l'histoire de l'inconnu m'a fascinée, interrogée, dégoûtée. Ce qu'il a vécu est extrêmement fort, on a tellement envie de savoir la fin que l'on ne se rend pas compte du nombre de pages tournées. On se rend également compte à quel point les hommes savent bien faire pour avoir ce qu'ils souhaitent, pour faire mal...

Enfin, la plume de Stefan Zweig m'a encore énormément plu. Elle retranscrit avec efficacité, exactitude et de manière prenante les sentiments des personnages sans que cela ne devienne larmoyant. Il reste en effet toujours une petite distance qui nous permet de rester quasiment objectifs et de suivre assidument le récit pour n'en rater aucun aspect, horrible ou non.

Ainsi, c'est une excellente lecture ! J'ai été ravie de replonger le nez dans un écrit de Stefan Zweif dont j'aime beaucoup la plume et la manière de traiter les échecs d'un point de vue quasiment que psychologique.